Prof de yoga : comment choisir son statut ?

Que vous veniez d'obtenir votre diplôme ou que vous soyez en train de choisir votre formation, il n'est jamais trop tôt pour penser à l'après. Si vous souhaitez vous lancer enfin dans l'enseignement et partager votre passion pour le yoga il vous faudra choisir un statut.

Toute activité professionnelle s'accompagne naturellement d'une déclaration de celle-ci auprès de l'Etat, et cela passe par la création juridique de votre organisation. Selon ce que vous choisissez de faire en tant que professeur de yoga, plusieurs options s'offrent à vous. Pour vous aider, nous comparons ici les différentes structures, en fonction de vos besoins et de votre situation personnelle par ailleurs. Voici l'essentiel des caractéristiques des diverses formes juridiques possibles pour votre activité.

Au sommaire :

  • Entreprise individuelle
  • Société
  • Association sportive

Entreprise individuelle (auto-entreneur)

En tant que professeur de yoga, vous délivrez une prestation de service auprès de vos clients. Vos clients peuvent être des particuliers (lorsque vous donnez des cours en ligne par exemple) ou bien des organisations professionnelles et/ou publiques telles que des salles de fitness, des studios de yoga, des entreprises, des écoles, etc.

Que vous exerciez l'enseignement du yoga à côté de votre activité principale (en parallèle d'un statut de salarié, retraité, étudiant) ou à temps plein, l'auto-entreprise reste la structure la plus communément choisie car la mieux adaptée et présentant de nombreux avantages.

C'est d’ailleurs la structure souvent choisie par les indépendants, en général, et les professeurs de yoga n'échappent pas à la règle.

L’auto-entreprise est une entreprise individuelle qui relève du régime fiscal de la micro-entreprise et du régime micro-social pour le paiement des cotisations et contributions sociales. Ce régime simplifié a été créé pour faciliter les démarches de création et de gestion de votre activité, tout en vous permettant de bénéficier d’une protection sociale dédiée et d’autres avantages.

Les points forts de l'entreprise individuelle

  • Des formalités administratives simplifiées et gratuites. Vous n'aurez besoin que de quelques minutes pour créer votre statut depuis ce site ;
  • Un mode de calcul et de paiement simplifié de vos cotisations sociales, ainsi que de l’impôt sur le revenu (si vous optez pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu) ;
  • Une fiscalité allégée : une franchise de TVA est accordée jusqu'à certaines seuils de chiffre d'affaires ;
  • Une comptabilité allégée : pas d'obligation de bilan annuel, ni de TVA (voir franchise en base de TVA accordée) ;
  • Une protection sociale (couverture maladie de la CPAM, retraite, etc.) ;
  • Un droit à la formation professionnelle.

Les obligations de l'entreprise individuelle

  • Déclarer son chiffre d'affaires mensuellement ou trimestriellement, en ligne, sur le site de l'Urssaf. Si vous n'avez pas fait de chiffre sur la période, il faut le déclarer malgré tout et indiquer "0".
  • Ouvrir un compte bancaire dédié (professionnel ou personnel), sauf si vous réalisez un chiffre d'affaires de moins de 10 000 € annuel pendant 2 années consécutives.

Société

Cette rubrique peut intéresser tous ceux qui souhaitent s'associer à d'autres personnes pour monter un projet à l'envergure plus importante, comme un studio, une salle de fitness ou n'importe quel autre type de lieu / concept incluant des cours de yoga (restaurant, coworking, concept store, plateforme web, site de e-commerce, marque de vêtements ou produits dérivés, etc.).

Dans ce cas, l'entreprise individuelle (statut d'auto-entrepreneur) ne sera pas adaptée à votre activité et il sera plus avantageux, pour plusieurs raisons, de créer une société unipersonnelle : EURL ou SASU.

Les points forts de la société

  • Une protection du patrimoine personnel
    Vos biens personnels sont séparés des biens détenus par la société, qui a une entité morale propre (contrairement à l'entreprise individuelle, vue juste avant). L'avantage principal tient au fait que les créanciers professionnels ne pourront saisir que le patrimoine de la société, en cas de difficultés financières, voire de faillite. Dans le cas de l’entreprise individuelle, celle-ci n’a pas de personnalité morale, c’est-à-dire que l’entreprise et l’entrepreneur constituent une seule et même entité juridique. On parle de « confusion des patrimoines » car les deux patrimoines ne sont pas séparés, ce qui constitue un risque plus important.
  • Permettra d’accueillir, si besoin est, de nouveaux associés, chose qui ne peut pas être faite en entreprise individuelle
    La création d'une société, par exemple une SAS, permet de s'associer dès le départ avec d’autres personnes. Ces structures ne peuvent d'ailleurs être créées que par deux associés minimum. Créer une SASU ou une EURL est également possible si l'entrepreneur se lance seul. A terme, l'entrepreneur pourra facilement transformer sa société unipersonnelle en société à plusieurs associés.
    Selon le projet que vous avez en tête (monter un studio de yoga, par exemple), s’associer peut être très utile, pour accroître les compétences internes, se répartir les tâches, etc. En outre, cela permet de constituer un capital social plus important. Cela n’est pas négligeable car, plus le montant du capital social est élevé, plus les banques seront enclines à vous octroyer des prêts.
  • Possibilité de mettre en place un compte courant d’associé
    L’entrepreneur aura la possibilité de mettre en place un compte courant d’associé, correspondant à des sommes qu’il met à disposition de la société en dehors du capital social, et de rémunérer par un intérêt ses apports en compte courant. Ceci peut être intéressant si vous et/ou vos associés avez des sommes d'argent à investir dans votre projet.
  • Possibilité d'opter pour l'Impôt sur les sociétés (IS)
    Contrairement à l’impôt sur le revenu, l'IS est fixe. L’option à l’IS ouvrira le droit de déduire les rémunérations prises par l’entrepreneur de son bénéfice imposable, ce qui n’est pas possible lorsque l’activité est exercée en entreprise individuelle.

Les obligations de la société

  • Obligation de soumission à la TVA
    A la différence d'une auto-entreprise, une société a des obligations à respecter en matière de TVA. Le fonctionnement général est simple : l'entreprise collecte de la TVA auprès de ses clients sur toutes les ventes ou les prestations qu’elle réalise et paie de la TVA à ses fournisseurs sur tous les achats et frais généraux qu’elle engage. Il n'y a pas d'impact pour l'entreprise car la TVA est neutre. En revanche, il faut rester vigilant car la TVA peut engendrer des décalages de trésorerie. Consultez les liens ci-après pour plus d'informations sur le fonctionnement de la TVA.
  • Coût de création
    En moyenne, les formalités de création sont constituées des frais de publication au journal d'annonces légales (230€ en moyenne) et de l'immatriculation au RCS (40€ environ). Par ailleurs, selon le statut juridique choisi pour votre société, vous devez parfois constituer un capital social minimum de départ. Ce n'est cependant pas le cas pour les SAS et SASU, notamment.
  • Obligation de présenter un bilan annuel, soit par le biais d'un expert-comptable, soit de manière autonome via un outil numérique habilité (par exemple : Indy).

Association sportive

De nombreux cours de yoga sont dispensés via une organisation à but non lucratif ou association sportive. L'idée est de réunir plusieurs professeurs facilement, sans autorisation préalable pour exercer. Cette forme présente de nombreux avantages, en comparaison à une société.

Les points forts des associations sportives

  • Création simple et rapide :Vous pouvez le faire en ligne (cf. les liens ci-dessous). Vous devez principalement rédiger les statuts, choisir le statut juridique de l'association, déclarer à l'administration et publier l'avis de constitution.
  • Absence de cotisations sociales : Aucune contrainte financière ne pèse sur le fondateur qui peut faire appel à des bénévoles pour assurer le fonctionnement de l'organisation.
  • Possibilité de recrutement et aide à l'embauche donnant de bons résultats
  • Comptabilité et gestion minimale
  • Une fiscalité avantageuse (non-imposition de l'association)
  • Financements variés : L'association peut recevoir des financements de la part de ses membres, des collectivités publiques, de dons, de sponsors, etc.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les statuts, vous pouvez télécharger notre guide "Réussir en tant que prof de yoga".

Quelque soit votre statut, si vous donnez ou souhaitez donner des cours en ligne, Sunslower est une solution idéale pour tout prof de yoga et, plus généralement, professionnel dans le domaine du bien-être, qui souhaite pérenniser son activité en toute simplicité. En plus, une formule gratuite est disponible afin de tester la plateforme facilement !

Leanhyy
Professeur de Vinyasa yoga mais également entrepreneur, Léa est la fondatrice de Sunslower, la plateforme entièrement dédiée au développement des pratiques et médecines douces en ligne 🌻 @sun.slower